Retour

Histoire d’un nettoyage de 10 fleuves et rivières


Le premier River Cleanup suivi par la presse, les partenaires, les amis et la famille a été un succès.

À Anvers, l’Escaut est déjà un peu plus propre.
Le concept de l’ASBL est simple, mais fort : nettoyez une rivière, sauvez un océan.

Pourquoi les rivières ?
Chaque année, 8 milliards de kilogrammes de déchets finissent dans nos mers et océans, sans le moindre contrôle.
80 % d’entre eux sont transportés par les rivières !
Le fondateur, Thomas de Groote, nous explique, comment il est passé d’un nettoyage de 10 minutes au nettoyage de 10 fleuves et rivières !
Les petits ruisseaux ne font t’il pas les grandes rivières.

Tout a commencé en août 2017, il y a un peu moins de deux ans.
À cette époque, on m’a lancé un défi super simple : ramasser des déchets sauvages durant 10 minutes, pendant 10 jours consécutifs, et publier un post à ce sujet sur les médias sociaux…

Au début, je me suis dit ramasser les saletés de quelqu'un d'autre ?
Mais ma sœur m'a mis au défi : fais-en un film un peu dingue.
Et effectivement ! Pour la première action, les enfants et moi étions habillés en superhéros et nous avons nettoyé toute la rue...

Depuis, quelque chose a changé chez moi...
J'ai commencé à remarquer les déchets sauvages, et il y en a vraiment partout !
J'ai donc décidé de faire quelque chose.

Après quelques recherches, j'ai découvert que plus de 8 milliards de kilogrammes de déchets plastiques se retrouvent chaque année dans nos mers et océans.
Heureusement, d'autres personnes s’en chargent déjà activement – par le biais du projet The Ocean Cleanup.

Cependant, 80 % de ces 8 milliards de kilogrammes de déchets sont acheminés par les cours d'eau, ce qui est logique puisque ceux-ci se jettent dans la mer.
Début 2018, ma famille et moi avons déménagé à Düsseldorf où j'ai contacté une organisation locale et nous avons décidé de nous charger du Rhin ensemble.

Notre ambition était alors d'impliquer 3 pays, et d’organiser – le temps d’une journée – des actions de nettoyage dans 9 villes le long du Rhin avec des partenaires locaux.
En réalité, plus de 10.000 personnes, 59 villes dans 5 pays ont participé !
L’attention des médias était énorme.
Tout comme j’avais changé après mes 10 premières minutes de nettoyage, d’autres changeaient à leur tour.
Mais cette fois, cette prise de conscience concernait 10.000 personnes, plus toutes celles qui remarquaient notre action dans le journal et à la télévision.
Pour la première fois, j’ai ressenti la puissance unificatrice de la rivière et j’ai décidé de faire passer le projet à la vitesse supérieure. Aujourd’hui, nous coordonnons des River Cleanups le long de 10 fleuves et rivières en Europe et nous souhaitons mobiliser plus de 20.000 personnes.

J'attends toujours la prochaine opération avec impatience.
Quand vous voyez l’enthousiasme des gens qui, une fois qu’ils ont commencé, ne savent plus s’arrêter, cela donne tellement d'énergie.
Le Strasbourg Cleanup, avec 20 députés européens, un jour avant le vote au Parlement européen sur l’interdiction des plastiques à usage unique, était quand même assez spécial.
Une interdiction qui a d’ailleurs été approuvée à une large majorité au Parlement.

Le nettoyage qui m’a le plus marqué est celui du 27 janvier dernier...
C'était l'action en l’honneur de mon inspirateur et aujourd’hui bon ami Jean-Paul Meus en Estonie.
Il célébrait son 1000e Cleanup.
Après une nuit de “fête”, nous l'avons sorti de son lit à 7h du matin et nous nous sommes attaqués aux rues enneigées de Tallin.
Grâce à cette action, nous avons boosté le défi international “10 minutes a day challenge” dans plus de 30 pays.

Nous avons tous vu les images de baleines, de tortues et d'oiseaux avec du plastique dans l'estomac...
Mais nous savons maintenant que nous mangeons tous - en moyenne - l'équivalent d'une carte de crédit en plastique... par semaine !
Je ne sais pas si c'est nocif, mais une chose est sûre : cela ne peut pas être sain.
Un Cleanup vous ouvre les yeux, fait bouger les choses... et constitue un premier petit pas vers une meilleure protection de notre planète.
Plus nous atteindrons de personnes, plus vite nous pourrons créer du changement.

Que pouvons-nous attendre du World Cleanup Day (Journée mondiale du nettoyage) ?
Cette année, notre objectif est d'encourager les citoyens, les écoles, les associations et les entreprises à nettoyer une partie de la rive, un sentier ou un endroit le long de l'eau sur au moins 50 sites le long de l'Escaut et de la Meuse (et leurs affluents), le 21 septembre 2019.
Nous travaillons en étroite collaboration avec les membres de World Cleanup Day Belgium, JCI, Zero Plastic Rivers, 10minutedadaybe, Stormkop et bien d’autres ! Avec l'aide de nos partenaires, nous voulons aussi rendre le matériel disponible gratuitement pour que tout le monde puisse participer !

Nous espérons réunir 10.000 participants en Belgique, aux Pays-Bas et en France et 20.000 à l'international.
Avec de grandes actions le long du Rhin (actuellement 63 Cleanups enregistrés), du Drin (3.000 personnes), de la Volga (1.000) et du Danube, cet objectif sera sans doute atteint, voire dépassé.
Dès l'année prochaine, nous serons également actifs en dehors de l'Europe.
Nous avons déjà établi des contacts avec l'Inde, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique...

Envie d’en savoir plus sur la success-story de Thomas ?


N'hésitez pas à nous contacter via mie@mmbsy.com.


Et surtout : participez sur https://www.river-cleanup.org/fr/escaut-meuse